Venocaps - Mai 2019
Fostprint Mai 2019
Dynamag

Informations

UNE URGENCE ? RÉAGISSEZ !

21 mai 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

Un inconnu qui s’écroule en rue, un enfant qui s’approche trop près du barbecue...  On vous souhaite de ne jamais être confronté à ces situations. Mais si vous l’êtes, autant connaître les bons gestes.

La majorité d’entre nous reste persuadée que la connaissance des actes d’urgence est essentielle mais peu d’entre nous prennent le temps de se former ! Et ceux qui le font prennent souvent cette décision après avoir été le spectateur impuissant d’une telle situation. Outre les bons réflexes à garder en tête, certaines pratiques doivent être oubliées.

1. En cas d’étouffement à La manœuvre de Heimlich

Cette urgence survient généralement au cours d’un repas ou parce qu’un enfant avale un objet.
Agissez très vite en réalisant la « manœuvre de Heimlich ». Celle-ci consiste à augmenter brutalement la pression intrathoracique afin de repousser le corps étranger vers la bouche.
Placez-vous très vite derrière la victime assise ou debout, vos bras sous les siens. Mettez les poings fermés sous le sternum, au niveau de l’estomac, entre les seins puis tirez brutalement vers l’arrière et vers le haut. Répétez le geste plusieurs fois d’affilée et tant que nécessaire.
S’il s’agit d’un bébé, tenez-le à plat ventre sur vos genoux ; la tête de l’enfant est penchée vers le sol. Quelques appuis entre les omoplates sont pratiqués, jusqu’à ce que l’objet soit recraché.

MAUVAIS RÉFLEXE : ne tapez pas dans le dos de la victime n’importe comment : c’est inutile et dangereux.

2. En cas de saignement à La compression

Comprimez fortement la plaie avec la paume des mains durant de longues minutes et/ou jusqu’à l’arrivée des urgences. L’idéal est d’utiliser un tissu afin d’éviter tout contact avec le sang de la victime et ce, en raison des risques de transmission virale ou bactérienne.

MAUVAIS RÉFLEXE : ne posez jamais un garrot sans l’avis d’un médecin, vous risquez davantage de blesser les tissus avoisinants, sans toujours parvenir à juguler l’hémorragie. En effet, les vaisseaux sanguins responsables de saignements importants sont plus profonds.

3. En cas de fracture à L’immobilisation

Douleur, gonflement, hématome, déformation du membre…
Difficile malgré tout de diagnostiquer une fracture rien qu’en l’observant, sauf si elle est ouverte (l’os est alors visible). Qu’importe, mieux vaut immobiliser le membre atteint afin de prévenir l’aggravation et limiter un peu la douleur. Pour une lésion des membres supérieurs, pliez un pull ou un foulard en écharpe. Pour une fracture des jambes, demandez à la victime de ne pas bouger. Puis appelez les secours.
En cas de lésion au niveau des cuisses, appelez rapidement l’ambulance et surveillez la victime : une fracture du fémur peut provoquer une hémorragie interne.

MAUVAIS RÉFLEXE : ne lui donnez rien à boire car la victime va peut-être être opérée dans les heures qui suivent.

4. En cas d’arrêt cardiorespiratoire à Le massage cardiaque

Une personne s’écroule, inconsciente et ne respire plus. Vous devez alors pratiquer très rapidement un massage cardiaque.
Commencez par l’allonger sur le dos, sur le sol, jambes tendues et bras dégagés. Placez-vous à genoux, perpendiculairement à la victime, près de son torse. Pour le massage cardiaque, placez le talon d’une de vos mains au milieu du buste et le talon de l’autre main au-dessus. Nouez vos doigts pour avoir plus de force et, pendant 2 secondes, pressez fermement en les enfonçant de 4 à 5 cm, en évitant d’appuyer sur le sternum et sur les côtes.
Arrêtez 1 à 2 secondes entre chaque compression. Poursuivez jusqu’à l’arrivée des secours.
Demandez simultanément à un témoin de téléphoner aux urgences car, à l’autre bout du fil, un médecin vous guidera pour réaliser les bons gestes, le mas sage… Envoyez également quelqu’un chercher un défibrillateur externe automatisé (DEA), disponible dans bon nombre de lieux publics et privés.
N’ayez crainte : dès que les électrodes sont collées sur le torse de la victime, l’engin analyse le rythme cardiaque et dicte les consignes. S’il estime qu’un choc électrique est nécessaire pour relancer le cœur, il le signale et le réalise automatiquement.

MAUVAIS RÉFLEXE : hésiter ! Ici, chaque seconde compte…

5. En cas de brûlure à L’eau froide

Refroidissez la peau en aspergeant la blessure d’eau froide pendant 20 (longues et vraies !) minutes. Si les vêtements adhèrent à la peau, n’y touchez pas. Sinon, ôtez-les délicatement. Si la brûlure est importante (plus de la moitié de la paume de la main de la victime), outre le refroidissement sous eau, alertez les secours. Ne couvrez pas la lésion et surveillez la victime (conscience, respiration…).

MAUVAIS RÉFLEXE : n’appliquez rien d’autre que de l’eau sur une brûlure grave, ni crème, ni remède de grand-mère (beurre, gras…).

6. En cas de perte de connaissance à La PLS

Si la victime est inconsciente mais respire (sa poitrine se soulève régulièrement et vous percevez son souffle), placez-la en « position latérale de sécurité » (PLS). Celle-ci garantit une libération des voies respiratoires et prévient l’étouffement par la langue, par des vomissements, etc.
Basculez doucement la tête vers l’arrière en relevant le menton. Desserrez col, cravate, soutien-gorge, etc. Les bras sont dégagés, le corps sur le côté et l’un des genoux reste plié afin d’empêcher le corps de retomber sur le dos.
Attention, cette position est formellement interdite lorsqu’on soupçonne une fracture de la colonne vertébrale. Restez aux côtés de la personne en attendant les secours. Vérifiez constamment si elle respire bien, si elle réagit à vos paroles, si elle ne vomit pas, etc.

MAUVAIS RÉFLEXE : ne l’aspergez pas d’eau froide, ne la secouez pas, ne lui donnez rien à boire… Recouvrez-la d’une couverture ou d’une veste.

7. Que faire si la situation vous semble grave ?

Dès que la situation vous semble grave, appelez le SMUR, même si, a posteriori, la démarche est jugée inutile. Au téléphone, parlez calmement et fournissez des renseignements précis. Par exemple : de quelle nature est l’accident (chute, brûlure, etc.) ? De quelle hauteur la victime est-elle tombée ? Sur quel sol (moquette, carrelage…) ? Quels sont son âge et son poids approximatifs ? Quels sont les symptômes observés (vomissements, perte de connaissance, cris immédiats…) ? La victime respire-t-elle ? Est-elle consciente ? Qu’a-t-elle avalé et en quelle quantité ?

En règle générale, évitez de céder à la panique. Ne secouez pas, ni ne déplacez la victime, ne la laissez pas seule, ne lui faites rien avaler. Si vous sentez que vous perdez les pédales, demandez l’aide d’un voisin, d’un passant…

8. A apprendre par cœur

SERVICE MOBILE D’URGENCE ET DE RÉANIMATION - SMUR : 112
CENTRE ANTIPOISONS (www.antigifcentrum.be) : urgences 24 h/24 : 070/245.245

9. Envie d’aller plus loin ?

La Croix-Rouge de Belgique organise de nombreuses formations, partout en Belgique.

Infos :  www.croix-rouge.be ou www.rodekruis.be

LES ARMES ANTI-CHOLESTEROL

25 avril 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

Le cholestérol ? Un paramètre à surveiller… Voici quelques conseils pour éviter de faire monter son cholestérol en flèche.
 

Un bourreau des cœurs

Indispensable au fonctionnement du corps, le cholestérol est une graisse fabriquée aux deux tiers par le foie et apportée pour un tiers par l’alimentation. Présent dans la paroi de toutes nos cellules, le cholestérol leur donne souplesse et force. Il assure également leur protection face aux agressions extérieures. Pour atteindre les différents organes, le cholestérol utilise des transporteurs qui lui permettent de circuler dans le sang. Les HDL connues sous le nom de "bon cholestérol", récupèrent le cholestérol en excès et le ramènent au foie où il est transformé avant d’être éliminé. Les LDL connues comme le "mauvais cholestérol", transportent le cholestérol du foie vers toutes les cellules.

 

Avant tout, revoir son alimentation et bouger

Pas de secret ! Pour réduire votre taux cholestérol de façon naturelle, il faut changer ses habitudes aussi bien alimentaires que celles liées à son mode de vie.

 

SUIVEZ QUELQUES PRINCIPES :

 

Principe numéro 1 : plus de fibres et minéraux

+Tous les fruits et légumes : frais, surgelés, cuit à la vapeur, au four

+Pain complet, céréales, riz,

+Légumes secs (lentilles, haricots, fèves,…)


Principe numéro 2 : plus d’oméga 3

+ poissons gras (hareng, maquereau, sardine, saumon,…)

+ huile de colza, de noix, d'olive

+ certaines margarines végétales

+ noix, amandes

+ mâche, pourpier

 

Principe numéro 3 :  moins de graisses saturées

- Beurre, crème fraîche
Pensez plutôt... aux huiles végétales.

- Viandes grasses, charcuterie, abats
Pensez plutôt... aux viandes sans gras : veau, volaille... / Poissons au moins deux fois par semaine. Poissons et fruits de mer sont les alliés de l'équilibre. Les lipides présents dans les fruits de mer sont principalement des acides gras polyinsaturés, à privilégier dans notre alimentation.

- Fromage à plus de 40 % de matières grasses
Pensez plutôt... au yaourt et fromage blanc.

- Viennoiseries, biscuits et pâtisserie
Pensez plutôt... au pain aux céréales complètes / Fruits, sorbets

- Sel
Préférez... les épices et herbes aromatiques

- Alcool
Buvez plus d'eau.
 

Principe numéro 4 : prenez soin de vous

  • Bougez : l’exercice physique modéré et régulier renforce le système cardiaque.
  • Contrôlez votre poids : pesez-vous une fois par semaine.
  • Arrêtez de fumer ! le tabac est un facteur de risque cardio-vasculaire majeur.

 

Le saviez-vous ? On peut être très mince et avoir trop de cholestérol.

BIEN SE PROTÉGER DU SOLEIL

16 avril 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

Tout le monde sait qu'il faut bien se protéger du soleil mais beaucoup ignorent souvent comment bien le faire. Ce dossier a pour but de vous aider à une meilleure utilisation des protections solaires.

Les différentes protections solaires

On distingue deux types de protections solaires : les filtres solaires organiques qui absorbent les rayons UV et les écrans solaires inorganiques (=minéraux) à base d’oxyde de zinc et/ou de dioxyde de titane qui réfléchissent les rayons UV incidents à leur surface.

Les écrans minéraux  reflètent indifféremment les UVA et les UVB (ils offrent donc une meilleure protection contre les UVA), tandis que les filtres organiques ne sont spécifiques que de rayonnements d’une certaine longueur d’onde, ce qui explique la présence concomitante de plusieurs filtres organiques dans une même protection solaire afin de couvrir tout le spectre des UVA et des UVB.

Le facteur de protection solaire (SPF). Le SPF indique le niveau de protection d’un produit solaire.
Le SPF n’est une indication de protection que contre les UVB. La protection contre les UVA est indiquée séparément. Veillez à ce qu’elle soit suffisante (1/3 de la valeur du SPF contre les UVB au minimum). Les produits conformes à cette règle affichent un logo UVA entouré d’un cercle.

 

UVA


De manière générale, favorisez toujours l’indice de protection solaire le plus élevé, c’est-à-dire un SPF de 50+, surtout si vous êtes blond ou roux !

SPF 8 bloque 88% des UV
SPF 15 bloque 93% des UV
SPF 30 bloque 97% des UV
SPF 50 bloque 98% des UV

Notez qu’il existe peu de différence entre 30 et 50 et qu’une protection de 30 n’offre pas le double de protection par rapport à une protection 15 !
De même, on ne parle généralement plus de SPF supérieur à 50, comme d’un SPF 100 ou d’un « écran total » car aucune protection n’est véritablement totale.

Utilisation de la crème solaire

Les bébés de 0 à 6 mois ne doivent utiliser que des écrans solaires minéraux, mais notez qu’ils ne doivent de toute façon jamais être exposés au soleil avant l’âge d’un an ! Les enfants doivent être protégés par des vêtements, des accessoires (lunettes…) et des produits solaires.

Par la suite, les enfants et les adultes peuvent tout à fait utiliser la même crème solaire. La différence entre les crèmes enfants et adultes réside dans le fait que les crèmes enfants sont généralement sans parfums.

Il est important de renouveler l’application de la crème solaire toutes les 2 heures, et après chaque baignade ou épisode de transpiration important (sauna, hammam…) Si vous ne pensez pas pouvoir vous y tenir, c’est une raison de plus d’opter pour une protection solaire avec un SPF plus élevé !  

La quantité à appliquer est souvent plus importante qu’on ne le croit et il n’est pas rare d’utiliser 30 ml de crème pour une seule application sur un corps adulte. Appliquez-en sur tout le corps, sans oublier les oreilles !

L’application d’une crème solaire doit toujours se faire 30 minutes avant de s’exposer au soleil.

Conseils pratiques

  • Ne vous exposez pas pendant les heures chaudes, c-à-d entre 10H et 14H.
  • Le risque évolue en fonction de la latitude. Les rayons solaires sont plus dangereux à l’équateur qu’en Belgique.
  • Vous installer sous un parasol ne vous donnera qu’un faux sentiment de sécurité. Les rayons du soleil rebondissent sur le sol, et particulièrement sur la neige qui reflète 80% des UV et le sable qui en reflète 15%. Être à l’ombre ne vous protège pas entièrement.
  • Nager sous l’eau à faible profondeur (piscine, snorkeling…) vous expose également aux rayonnements UV. A 50cm de profondeur on retrouve encore 40% des UV présents en surface.
  • Méfiez-vous de l’altitude ! Les rayonnements s’intensifient de 4% tous les 300 mètres environ et les UVB sont plus présents.
  • Ne pensez pas qu’un ciel nuageux représente une absence de danger. 90% des UV traversent facilement les nuages.
  • Songez que vos vêtements peuvent vous protéger, mais pas tous de manière identique ; si une chemise en coton blanc offre un facteur de protection de 7, une veste en jeans offre un SPF de 1700 ! Privilégiez donc des tissus très serrés et épais.
  • Certains médicaments pris par voie orale ainsi que certains médicaments et huiles essentielles à usage cutané augmentent le risque de brûlures solaires. On retiendra les HE d’agrumes, les gels anti-inflammatoires, l’isotrétinoïne contre l’acné, les quinolones…
  • L’application de produits anti-moustiques diminue la protection offerte par les écrans solaires. En conséquence il faut impérativement opter pour la protection la plus élevée et n’appliquer l’anti-moustiques que 30 min après l’écran solaire.
  • Conservez vos flacons de crème solaire à l’abri de la lumière. Ne réutilisez pas les produits solaires d’une année à l’autre.
  • Les bancs solaires utilisent principalement des UVA et moins d’UVB, mais ne vous y trompez pas, les risques de cancers, de brûlures et de vieillissement cutanés sont toujours présents !
  • Les UVB ne passent pas à travers les vitres, vous ne risquez donc pas d’avoir un coup de soleil au volant de votre voiture, même en ayant le soleil dans la figure toute la journée.
  • Les autobronzants colorent la peau, mais ne protègent en rien des rayons du soleil !

Le saviez-vous ?

Le cancer de la peau est la première cause de cancer en Belgique. Afin de s’en prémunir il est essentiel de surveiller sa peau régulièrement, mais ça, vous seul pouvez le faire !

Les cancers cutanés peuvent apparaitre spontanément ou se développer à partir d’un grain de beauté existant et ont les caractéristiques suivantes : ABCDE

A : Asymétrique
B : Bords irréguliers
C : Couleur multiple / inhomogène
D : Diamètre : il dépasse souvent 6 mm E : Evolutif : il évolue dans le temps.

Surveillez régulièrement votre peau, et en cas de doute, n’hésitez pas à consulter un dermatologue. Un cancer cutané dépisté très tôt bénéficie d’un bien meilleur pronostic !

soleil_2

 

MIEUX VAUT PRÉVENIR QUE LIFTER

30 mars 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

Certaines zones du corps sont de véritables traitresses : des cernes trop foncées, un teint terne, un cou marqué et des mains tâchées fournissent parfois trop d'indications sur le temps qui passe.

Même les plus onéreux des fonds de teint offrent un résultat décevant sur une peau mal hydratée, mal nettoyée, mal soignée. Laquelle semble plus fatiguée, avec des rides accentuées. Une toilette de chat reste insuffisante pour débarrasser l'épiderme (masculin et féminin !) de toutes ses impuretés. En revanche, bien effectué avec de soins adaptés, le nettoyage offre rapidement et à peu de frais une peau plus nette, plus éclatante… En effet, les cellules mortes, responsables d'une mine grisâtre quand elles s'accumulent en excès, sont éliminées. La peau est plus lisse et reflète donc mieux la lumière. Elle profite nettement mieux des actifs hydratants des crèmes appliquées après le nettoyage. Programmez également, deux fois par semaine, des soins en profondeur avec exfoliation (peeling ou gommage) et/ou masque régénérant. Et au quotidien, la triche est autorisée ! Les derniers-nés des fonds de teint sont légers, invisibles et faciles à appliquer. Ce maquillage incognito égalise le teint, en estompant les taches et autres imperfections. Terminez par un illuminateur (ou stylo magique) qui apporte de la lumière aux zones plus sombres, responsables d'une mauvaise mine et d'un manque d'éclat.

Cou de jeune

C’est lui qui détermine notre allure générale et, fragile, se marque trop vite. Cette peau fine mérite donc bien un traitement de faveur. Or, le cou est souvent zappé des soins quotidiens. Des produits spécifiques sont-ils indispensables ? Non ! Pensez juste à masser votre soin hydratant du visage jusqu’aux clavicules. Et à remonter votre produit pour le buste jusque sous les mâchoires. Ne l’oubliez pas non plus à l’heure du démaquillage. Tous les soirs, ôtez les impuretés, en passant un lait nettoyant et un tonique (les mêmes que pour le visage). Une fois par semaine, passez un exfoliant doux et rincez abondamment. Comme vous appliquez de la crème de jour sur le visage, terminez par une bonne couche sur le cou. Massez ce dernier quotidiennement : ce geste améliore la circulation, tonifie les tissus et favorise un port de tête royal… Maman et Mamy affichent un "superbe" double menton ? On n’attend pas pour agir ! Investissez dans des soins spécifiques pour le cou, aux actifs tenseurs. Car, une fois que le double menton s’installe (hors période de surpoids), il n’y a que la chirurgie esthétique qui peut l’éliminer.

Mains de velours

Elles sont les premières à être exposées aux rigueurs du temps et de l'âge. Et devraient être protégées deux fois mieux… Avec notamment des crèmes spécifiques et de bonnes habitudes. Ainsi, lavez et séchez parfaitement la peau avant de l'hydrater avec un cosmétique adapté. Parsemez plusieurs tubes dans divers endroits stratégiques : à côté des lavabos des toilettes ou de la cuisine, sur le bureau, sur la table de nuit… En cas de crevasses, il existe un traitement de choc particulièrement efficace : recouvrez les mains d'une couche de cosmétique riche en lipides ou d'un mélange huile d'olive - jus de citron, enfilez des gants en coton et gardez-les toute la nuit. Enfin, l’eau calcaire n’est pas idéale sur une peau déjà agressée. Utilisez-en une florale ou thermale. Séchez avec un tissu doux. Et portez des gants dès que vous franchissez la porte vers l'extérieur.

Stop au regard bibendum

L’origine de poches sous les yeux n’est pas encore bien comprise même si les médecins suspectent une paresse des vaisseaux lymphatiques et le rôle de l’hérédité : on a des cernes de mère en fille et de père en fils. Normalement, les gonflements du matin diminuent spontanément en une heure, lorsque la circulation sanguine et lymphatique est relancée. Le soir, soignez le contour des yeux mais zappez absolument les crèmes trop riches, favorisant la stagnation lymphatique. Si votre dos ne vous fait pas souffrir, dormez sur un oreiller légèrement rebondi : lorsque la tête est surélevée, l’eau s’accumule moins au niveau des cernes. Dès le saut du lit, massez-vous doucement les globes oculaires, avec le bout des doigts, en insistant particulièrement sur les coins des yeux et le haut des pommettes. Appliquez des compresses d’eau de bleuet ou d’hamamélis durant un quart d’heure. Les plus courageux utilisent carrément un glaçon avant le café matinal…

La priorité : fuyez le soleil

L'astre solaire (mais aussi le tabac et l'alcool) est le plus grand responsable des rides précoces et des taches pigmentées sur le visage, les mains, le décolleté, etc. Au quotidien, utilisez une crème de jour avec un SPF 15 (Sun Protection Filtre) et un SPF plus élevé pour les jours ensoleillés. Au ski et en été, n'oubliez pas les lunettes de soleil, prévenant les marques se manifestant rapidement autour des yeux.

NAUSEES DE GROSSESSE ?

29 mars 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

Vous êtes enceinte et dérangée par les nausées de grossesse?
Pas de quoi s’inquiéter : c’est le cas pour près de 80% des femmes. D’où viennent ces nausées ? Et comment s’en débarrasser ? Avec le gingembre, vos désagréments digestifs ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir !

Nausées de grossesse ?

Nous entendons souvent parler de nausées matinales, pourtant ces nausées peuvent survenir à n’importe quel moment de la journée. Elles débutent habituellement entre la 4ème et la 6ème semaine de la grossesse et se terminent pour la plupart vers le 3ème mois. Malheureusement cette règle ne s’applique pas à toutes les femmes et certaines voient leurs nausées se prolonger tout au long de la grossesse.

Pourquoi des nausées?

D’après les spécialistes, plusieurs facteurs en sont responsables : des changements physiologiques, un niveau d’hormones plus élevé, une plus grande sensibilité aux odeurs, le stress lié à la grossesse, etc. Bien que les nausées soient généralement inoffensives pour la maman et son fœtus, elles peuvent parfois s’avérer contraignantes et bouleverser le bien-être et les activités quotidiennes.

Le gingembre : l’allié de votre confort digestif

La racine de gingembre est depuis longtemps utilisée comme antiémétique (contre les vomissements) dans différentes médecines traditionnelles. Aujourd’hui, le gingembre est encore utilisé pour soulager les nausées digestives, le mal des transports et les nausées de grossesse.

C’est en 1999 que l’Organisation Mondiale de la Santé a reconnu l’utilité de la racine de gingembre pour lutter contre les nausées et les vomissements de grossesse et a confirmé sa sécurité tant pour la maman que pour son bébé. En effet, le gingembre ne provoque aucun effet indésirable et peut donc être pris pour soulager les nausées dès le début de la grossesse.

Le gingembre, oui… mais sous quelle forme ?

Glisser du gingembre dans vos plats ne sera pas suffisant pour profiter de ses bienfaits, préférez plutôt les comprimés vendus en pharmacie. Pour une efficacité optimale, il est important de choisir des comprimés formulés avec des extraits standardisés en gingérol. Cette standardisation en principe actif garantit la qualité et l’efficacité du produit.

Cependant tous les extraits ne se valent pas et ne sont pas tous autorisés pendant la grossesse. En effet selon la méthode d’extraction utilisée, la composition et la toxicité de l’extrait peuvent varier. Les études ont démontré que pour une activité optimale contre les nausées de grossesse il est conseillé d’ingérer l’équivalent de 1 000 mg de poudre de gingembre par jour.

En cas de doute concernant la concentration d’un produit à base de gingembre, n’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

Vous avez désormais toutes les cartes en mains pour vivre pleinement ces 9 mois de bonheur sans être incommodée par les nausées de grossesse.

L’ÉNERGIE RETROUVÉE !

20 mars 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

Au changement de saison, il n’est pas rare de ressentir un manque de tonus, une diminution des performances physiques et intellectuelles. Notre corps met tous ses voyants au rouge : il doit récupérer. C’est le moment de modifier ses habitudes et, pourquoi pas, de se donner un petit coup de pouce.

La fatigue, un signal d’alarme

Progressivement, tout a l’air un peu plus long, un peu plus pénible... Notre organisme commence à fonctionner au ralenti, l’ensemble de ses capacités sont légèrement diminuées. Il est temps de faire une pause et de reconstituer ses réserves.

Contre la fatigue ? L’autre fatigue !

Pour bien lutter contre la fatigue physiologique, il faut déterminer si celle-ci est d’origine physique (un effort sportif inhabituel) ou intellectuelle (une session d’examens).

Quand on se sent épuisé, c’est en général parce que nos niveaux d’endorphine et de sérotonine (deux neurotransmetteurs libérés notamment par la pratique du sport) sont en chute libre. Par conséquent, pour se défatiguer d’un effort intellectuel trop intense, un bon moyen consiste à pratiquer un sport, pour rétablir l’équilibre. À l’inverse, après un effort physique intense, une heure de lecture permettra au trop-plein de ces neurotransmetteurs de s’évacuer. Tout est donc une question d’harmonie.

Les ingrédients anti-fatigue

Si nous semblons vivre une époque où les gens se disent généralement fort fatigués, la lutte contre la fatigue ne date pas d’hier.

Le Ginseng est connu des Chinois depuis longtemps. La médecine traditionnelle en fait un usage abondant comme tonique général de l’organisme, pour lutter contre la fatigue et stimuler l’activité psychique. Ces effets sont vérifiés par de nombreuses études scientifiques.

Les Indiens d’Amazonie avaient, eux, découvert le Guarana, pour les aider à chasser toute la journée sans avoir faim. Cette plante de la forêt amazonienne est naturellement riche en caféine, puissant stimulant du système nerveux.

La Gelée Royale, substance fabriquée par les abeilles et destinée exclusivement à la reine de la ruche, se retrouve quant à elle dans les traditions médicinales de Chine et d’Europe de l’est. C’est un formidable concentré de minéraux, d’oligoéléments (fer et manganèse), de vitamines du groupe B et d’un acide gras introuvable ailleurs : l’acide hydroxydécanoïque aux vertus protectrices et défensives pour l’organisme.

Le Gingembre est lui aussi connu depuis 6.000 ans en Asie pour son action stimulante.

DETOXIFIEZ !

08 mars 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

Des jambes fuselées, des hanches fines, un ventre plat : si une bonne hygiène de vie et la pratique d’activité sportive restent incontournables, elles ne sont parfois pas suffisantes pour retrouver la silhouette rêvée. Certaines étapes de la vie entraînent une évolution de la silhouette, et des graisses peuvent s’accumuler dans les tissus. Pour aider à les éliminer de manière naturelle grâce aux plantes, établissez votre programme en 3 étapes.

ETAPE  1 : DETOXIFIER

Préparez votre organisme et aidez-le à se purifier grâce aux plantes suivantes :

· Le Pissenlit : utilisé comme drainant et détoxifiant. Il permet de faciliter l'élimination de l'eau et la purification de l’organisme. On le conseille en particulier au moment des fêtes.

· Le Sureau noir : ses baies sont utilisées en phytothérapie pour leurs propriétés dépuratives car elles contribuent à purifier l’organisme de ses toxines.

· Le Radis noir : il aide le foie à éliminer les toxines accumulées

ETAPE 2 : ELIMINER

· Le Maté participe à la transformation des graisses en énergie. De plus, cette plante d'Amérique Latine est également appréciée pour ses vertus tonifiantes pour aider « à recharger vos batteries».

· Le Fenouil permet de favoriser les fonctions d'élimination et le drainage de l'organisme.

· Le Raisin aide à soutenir la circulation et à favoriser l'élimination des toxines.

ETAPE 3 : RENFORCER L'ACTION MINCEUR

· Le Thé vert contribue au métabolisme des graisses.

· Le Guarana est couramment utilisé pour favoriser la combustion des graisses.

· La Reine des prés participe à l’élimination de l’eau et des toxines de l’organisme.

· Le Café vert vous aidera à retrouver votre équilibre vital en «boostant», au naturel, votre tonus.

DORMEZ COMME UN BEBE !

21 février 2019
Allergies - la désensibilisation aux allergies

En Belgique 1 adulte sur 3 dort mal et 1 sur 6 prend des somnifères. Les troubles du sommeil existent depuis longtemps et sont souvent la conséquence du vieillissement, d’un travail irrégulier, du stress, de la caféine ou de l’alcool, de l’utilisation de smartphones avant le coucher, de la dépression ou d’une carence en mélatonine.

L’hormone du sommeil

La mélatonine est une substance naturelle et sûre que notre corps produit dans la glande pinéale au centre de notre cerveau. Elle règle notre horloge biologique. Tout le monde en produit à la tombée du jour dans l’obscurité. La mélatonine met notre corps en état de sommeil. Elle occasionne une sensation de somnolence qui vous pousse à aller vous coucher. Par contre, la synthèse diminue suite à une exposition à la lumière bleue et a un effet inverse à l’effet activateur des hormones en journée, comme l’adrénaline.

Quelles sont les causes des troubles du sommeil ?

Certains facteurs peuvent perturber notre horloge biologique : le stress, l’alcool, la caféine, les mauvaises habitudes alimentaires, le sport tard le soir, l’exposition à la lumière bleue sont tous des facteurs inhibiteurs. La lumière bleue que nous connaissons tous (peut-être inconsciemment) comme la lumière du téléviseur, de l’ordinateur et des smartphones est coupable et rend notre sommeil difficile. Nous ne nous rendons souvent même pas compte de l’exposition élevée à cette lumière bleue et des risques qui en découlent. En fait, nous sommes constamment confrontés à cette lumière.

Consulter Facebook juste avant le coucher alors que vous êtes déjà au lit ? Pas une bonne idée.
Répondre à ses emails depuis son ordinateur portable, ceci tard le soir ? Pas une bonne idée !
Vouloir voir le dernier épisode de la dernière série sur Netflix ? Toujours pas une bonne idée, car ici la lumière bleue fonctionne de façon irrévocable sur votre rythme éveil-sommeil. La lumière de votre ordinateur garde votre cerveau en mode jour ! Conséquence ? Vous vous endormez difficilement.

Un apport de mélatonine peut aider

Une production tardive ou une pénurie en mélatonine occasionne une carence. C’est la raison pour laquelle il est important de conserver un bon rythme d’éveil-sommeil en complémentant avec de la mélatonine si nécessaire. La mélatonine aide à bien s’endormir, à passer une bonne nuit de sommeil et à se lever reposé. Si vous avez une carence, aidez votre corps à régler son horloge biologique avec un complément alimentaire de mélatonine.

Dynaphar Sleep

 

ATTRAPER LA GRIPPE ?

20 décembre 2018
Allergies - la désensibilisation aux allergies

La grippe dure habituellement de trois à sept jours et se caractérise par une fièvre supérieure à 38°C, des douleurs musculaires, des maux de tête, des frissons, un malaise général, une transpiration et un épuisement. En outre, une toux sèche, des maux de gorge, l'aversion à la lumière vive et des douleurs articulaires peuvent également survenir.

Qu'est-ce que la grippe?

La grippe est causée par un virus qui se propage dans l'air et par contact direct avec des personnes infectées (toux, éternuements, en serrant les mains, etc.). Les symptômes débutent de un à quatre jours après l’infection.

Est-elle fréquente ?

La grippe survient généralement en hiver et au début du printemps. Chaque hiver, une personne sur 10 attrape la grippe. La gravité varie suivant les symptômes, cela va du rhume à une infection grave avec des conséquences parfois mortelles. Chaque année des centaines de personnes meurent de la grippe. Ce sont généralement des personnes ayant une faible résistance comme les personnes âgées et les malades chroniques.

Comment reconnaitre la grippe?

La grippe dure habituellement de trois à sept jours et se caractérise par une fièvre supérieure à 38°C, des douleurs musculaires, des maux de tête, des frissons, un malaise général, une transpiration et un épuisement. En outre, une toux sèche, des maux de gorge, l'aversion à la lumière vive et des douleurs articulaires peuvent également survenir.

Les infections des voies respiratoires telles que la pneumonie, sont parmi les complications les plus courantes. Cette pneumonie peut être provoquée par le virus lui-même ou par des bactéries. L'inflammation du muscle cardiaque et d'autres troubles du système nerveux, plutôt rares, peuvent être une conséquence d'une infection de la grippe. Chez les enfants, il est souvent difficile de distinguer la grippe du rhume.

Que pouvez-vous faire?

Si vous appartenez à un groupe à risque, il est recommandé de se faire vacciner chaque année, entre la mi-octobre et la fin de novembre. Ceci est important parce que chaque année il y a de nouvelles variantes du virus de la grippe. Le vaccin est en partie remboursé par le gouvernement pour les groupes à risque. Certaines mutualités et certains employeurs fournissent une intervention supplémentaire. La vaccination se fait habituellement par injection dans le muscle de l'épaule. Demandez à votre médecin si vous appartenez à un groupe à risque.